Création et développement durant la colonisation (1948-1955)

Avant l’indépendance, et pour la plupart des clubs marocains, football rimait avec résistance. À Fès, plusieurs équipes de quartier s’étaient constituées, pour militer ensemble contre le protectorat, en jouant officiellement au football. La multiplicité de ces clubs de quartier commençait à agacer les Français, et c’est ainsi que la décision de les regrouper en un seul club phare de la ville avait été prise par plusieurs nationalistes à la tête desquels se trouvait Lhaj Driss Benzakour.
Le Maghreb Association Sportive était enfin né en 1946 par l’élite autochtone pour donner la réplique à l’US Fès, club où ne jouaient que les Français. Son premier match officiel fut joué en 1948. Le choix du nom « Maghreb »” était dicté par la dimension nationale que les fondateurs voulaient donner à ce club. Le premier joueur à avoir signé sa licence au MAS n’est autre que Driss Jamai, encore vivant de nos jours.

Le MAS est la première équipe marocaine à atteindre les seizièmes de finale de la Coupe de France en 1954 contre Red Star à l’époque à Paris. Le meilleur palmarès du MAS pendant cette époque reste sa qualification aux 32e de finale de la Coupe de France en 1954 où il devait jouer à Saint-Ouen dans la banlieue nord parisienne contre le grand Red Star. C’est ainsi qu’en janvier 1955, en pleine crise de l’exil de feu SM Le Roi Mohamed V à Madagascar, les Ouadghiri, Benomar, Jamai, Debagh, Benzakour, Lahbabi, Benchekroun… ont pris l’avion, pour la première fois de leur vie pour la plupart, pour aller défendre le Maroc chez le «colon». Un terrain gelé, et des chaussures pas du tout appropriées, ont eu raison de la bonne volonté des canaris. Le Red Star se qualifia aisément, laminant le MAS par 9-0. Mais peu importe ! Le MAS devenait une équipe connue en dehors des frontières. Une première page de l’histoire de ce grand club était ainsi écrite.

Le MAS et ses débuts après l’indépendance (1956-1965)

En 1956, le Maghreb de Fès est parmi les 16 équipes d’élite du premier championnat marocain post-indépendance grâce à sa victoire 4-0 lors d’un match de barrage contre l’équipe de Fedala (ex Mohammedia). C’est l’époque où le club adopte son maillot jaune et noir. Jusque-là, l’équipe avait joué en bleu et blanc, puis en rouge et vert. Pendant cette première saison, l’équipe réalise des résultats moyens et termine en 7e position. En Coupe du Trône, elle se fait éliminer en quart de finale.
En 1957, le MAS échappe de justesse à la relégation après avoir terminé à la 12e place, sachant que cette année-là, quatre équipes sont reléguées en deuxième division. C’est d’ailleurs la fin de la première génération des joueurs du club. Des noms tels que Bachir Oudghiri, Allal Chergui, Hamid El Harcha et Driss Kharbouch vont bientôt laisser la place à une nouvelle génération.

En 1965, le club remporte son premier titre de championnat.

les premières saisons du MAS en D1 étaient quelconques : son classement oscillait entre la 7e et la 12e place. Mais déjà, il peut s’enorgueillir d’avoir donné l’un des deux seuls internationaux locaux à l’équipe du Maroc pour son match contre l’Espagne. Ahmed Labied gardait de ce fait les buts du Maroc, et était accompagné du seul Larbi du Wydad. Tout le reste venait du monde professionnel. La même année, en 1961, le MAS termine 2e du Championnat à une longueur des FAR.

En 1962, et après son retour de France où il est devenu pharmacien, Mohamed Benzakour devenait président, et appelait aux commandes techniques un certain Abdellah Settati. Depuis, le MAS est devenu une équipe de haut de tableau (4e en 1962, 4e en 1963 et 5e en 1964).

Les FAR étaient intouchables !! Lors de la saison 1964-1965, le duel battait son plein, une fois n’est pas coutume, entre les FAR et le MAS, mais leur match choc à Rabat, où les FAR devait distancer les canaris tournait au vinaigre pour les amis de Bamous : le MAS les étrillait par 0-3 et reprenait les commandes, le MAS des titres était né ce jour-là.le sacre allait être entériné lors de la dernière journée du Championnat face au Raja, qui lui venait à Fès pour contraindre le MAS au match nul et aider ainsi le RAC de Mendoza : un but de Allouch à la 75e minute forçait le destin, et le RAC terminait quand même 2e.

Settati n’ayant pas la chance des titres, avait cédé sa place au milieu de l’année à Abdelhak Kadmiri. Lors du prochain numéro, on parlera de l’époque allant de 1965 à 1975, cette des 3 finales et des 4 titres perdus pour diverses raisons. L’équipe type de 1965 : Labied- Benomar, Zoubir, Moulay Driss, Bouzidi, Jennane, Filali, Mtioui, Sadni, Boutayeb, Allouch(Tazi)